L’Emploi

Court métrage très intéressant sur l’emploi, (plus de 103 prix internationaux.)

Publicités

Un simple nœud papillon…

Réalisé par Jean-François Lévesque, « Le nœud cravate » est un court métrage qui mêle avec justesse marionnettes et dessins animés. Il met en scène 15 ans de la vie de Vincent, un salarié dévoué qui découvre que ses patrons le manipulent depuis toujours. Même si les années défilent, il n’est jamais trop tard pour changer le cours de sa vie.

People Dancing To The Age They Feel Not The Age They Are

La nouvelle campagne social media de Kiehl – Act Any Age vient de sortir. La marque, spécialisée dans les soins de peaux, a demandé à quelques personnes, petits et grands, de danser et de nous révéler leur « vrai » âge, c’est-à-dire celui qu’ils ressentent dans leur tête et non pas celui de leur réelle date de naissance.

Jeunes enfin plus concernés


02 novembre 2014 | Par arié alimi (Avocat des parents de Rémi)

Je ne connaissais pas Rémi Fraisse. Et je ne pensais pas en acceptant de défendre ses parents, en qualité de parties civiles, que j’aurai également à le défendre. Car depuis une semaine, depuis le moment où il s’est effondré, touché par une grenade lancée par un membre de la gendarmerie mobile, il ne se passe pas un moment sans que l’on fasse offense à sa personne et à sa mémoire.

Casseur, djihadiste vert, ecoloterroriste…. Le discours du gouvernement ou de certains syndicats agricoles s’est établi et n’a cessé de monter en puissance. D’abord pour tenter de nier l’existence même des origines de sa mort. Rappelons-nous que dans les premiers moments, on ne parlait que d’un corps découvert dans la foret.

On apprendra plus tard que le parquet, la direction de la gendarmerie et le gouvernement savaient déjà ce qu’il s’était passé puisque les gendarmes avaient quelques instants après sa mort ramassé le corps de Rémi.

Alors pourquoi pendant deux jours, ce silence assourdissant, pourquoi cette absence de réaction du parquet, du gouvernement, pourquoi le refus de dire cette vérité que l’on connait depuis le début ? Pourquoi le parquet a-t-il tenté de semer une confusion indécente sur les circonstances de sa mort en ne donnant que des bribes d’informations, en ne parlant lors de la première conférence de presse que d’une explosion, laissant croire à la possibilité d’un décès dû à un Cocktail Molotov, pourquoi avoir lancé de fausses pistes, comme celles du sac à dos disparu, volontairement récupéré par les manifestants, et qui aurait pu contenir des substances explosives ?

Simplement pour discréditer un jeune homme pacifiste, militant de la fédération Nature Environnement, botaniste, qui n’a jamais fait usage de violence ou eu maille à partir avec les forces de l’ordre. Salir l’image d’un jeune homme mort qui militait pour l’environnement et pour les générations avenir?

Y a-t-il attitude plus basse et plus veule ?

Pourquoi ne pas assumer ses responsabilités et dire : nous l’avons tué. Notre politique l’a tué. Nous n’avons pas voulu choisir la voie du dialogue, nous avons voulu montrer que nous sommes forts aux yeux des Français, et cela passe par des démonstrations de violences contre ces militants majoritairement pacifistes. Nous les avons harcelés, frappés, nous avons brulé leurs effets personnels, les avons délogés sans autorisations judiciaires, puis nous avons fait usage de Flash balls, de grenades fumigènes et de désencerclement. Et comme ils ne partaient toujours pas, nous avons fait lancer des grenades contenant des explosifs, en les jetant sans sommations, sans respecter les règles élémentaires d’usage de ces grenades, en l’air directement sur les manifestants, ou même dans des lieux clos, comme dans une caravane occupée. Nous les avons blessés, alors qu’ils tentaient simplement de sauver notre patrimoine naturel, eux qui ont cette conscience que nous n’avons plus, à force de vouloir produire et gagner toujours plus.

Je suis désolé de dire cela, je ne suis qu’avocat. Je ne devrais pas parler de ce qui me dépasse, de ce qui dépasse mon champ d’action, le droit. Mais c’est plus fort que moi. Je me dois aujourd’hui de défendre Rémi Fraisse, ou plutôt ce qu’il en reste. Un corps dans une morgue. Un corps au centre d’un conflit de pouvoir. De tous les pouvoirs, politiques, judiciaires, militaires, médicaux, médiatiques. Un corps autopsié, malmené, disséqué par la France entière qui se le déchire, comme Damien supplicié en place publique, objet de la toute-puissance de la souveraineté. Un corps auquel le pouvoir refuse de redonner un nom, une dignité. Un corps que le pouvoir refuse de rendre à ses parents qui à ce jour n’ont toujours pas pu voir leur enfant, auquel ils ont donné naissance, qu’ils ont vu faire ses premiers pas, dire ses premiers mots, crier ses premières révoltes, et qu’ils ne pensaient pas devoir inhumer, envers et contre toute logique générationnelle.

Ce n’est pas qu’un drame ou une tragédie qui s’est nouée autour de Rémi. Il est mort parce qu’il s’est retrouvé par hasard au milieu d’une déflagration de pouvoir et d’expression de la violence publique. Ce qui a tué Rémi Fraisse, ce n’est pas seulement un gendarme jetant une grenade offensive en pleine nuit en direction de jeunes manifestants, quelle que soit la violence de ceux-ci. Ce qui a tué Rémi, c’est la violence Etatique. Un Etat gouverné par des hommes dont la boussole n’est orientée que vers la prochaine échéance électorale, des hommes motivés par leur stratégie de communication, et qui en ont oublié que l’Etat dont ils sont les représentants n’était finalement qu’une simple fiction destinée en premier lieu à protéger ceux qui avaient accepté de se soumettre à sa violence légitime. Mais lorsque la violence n’est plus légitime, lorsque l’on utilise des armes de guerre non pas contre un autre Etat belligérant, mais contre sa propre population, lorsque l’Etat tue ceux qu’il est sensé protéger, alors la question de l’Etat, de son fonctionnement, de ses intérêts et de ses représentants doit inéluctablement être posée.

Princesses qui dépotent !

Oh ! Des petites princesses toutes mignonnes ! Oui… Enfin, sauf que là, elles ne sont pas contentes du tout, et elles ont décidé de le dire haut et fort… quitte à en choquer quelques-uns au passage.

Ce clip vidéo a été créé par FCKH8, une entreprise de prêt à porter spécialisée dans la promotion de messages militants au travers de leur production de vêtements et accessoires.
Dans ce clip, 5 jeunes filles ne mâchent pas leurs mots (c’est le moins que l’on puisse dire… ^^) et rappellent quelques réalités beaucoup moins amusantes sur les discriminations ou les problèmes auxquels elles auront peut-être à faire face un jour ou l’autre… : Un salaire 23% moins élevé qu’un homme en moyenne pour le même travail… 1 femme sur 5 victime de violences sexuelles…

Et si on dansait ?

Le but de « Bailamos » est de rappeler aux parents plongés dans la dynamique culturelle du travail et de la consommation, que les enfants sont des enfants, qu’ils doivent jouer, profiter de leur enfance et qu’il faut soutenir leurs objectifs et leurs rêves. L’obsession d’essayer d’atteindre la perfection, peut nous aveugler et nous faire oublier les choses importantes qui donnent un sens à notre vie.

Contra A Copa: The Other Side of Brazil s World Cup 36:14

Bien qu’accueillir la Coupe du monde au Brésil – l’une des nations les plus fanatiques de football – semblait au départ une bonne idée, un mouvement social de grande ampleur est venu perturber tous les préparatifs de l’évènement. Le pays a dépensé une somme estimée à 11 milliards d’euros pour la compétition, ce qui en a fait la Coupe du monde la plus chère de l’histoire. De nombreux Brésiliens s’en sont offusqués et ont estimé leur gouvernement corrompu. Ils ont peu apprécié le fait qu’un tel montant ait été dépensé pour construire des stades et renforcer la police, alors que la majorité de la population vit dans la pauvreté. Il y a un an, en juin 2013, cette indignation croissante a conduit les Brésiliens à se révolter. Le gouvernement a alors déployé un nombre impressionnant de policiers et de militaires à travers le pays afin de contenir ce mouvement social naissant. Alors que le Mondial se termine, VICE News revient sur ces importantes manifestations qui ont bien failli menacer la bonne tenue de la compétition.

SOUS-TITRES, Cliquez sur l’icône ou sous la vidéo